Mais le paradis est baigné de la lumière de sept fois sept soleils, tandis que l'enfer n'est qu'à la température de combustion du soufre. Et puis, comme diraient les Joyeux Urbains : au moins, en enfer, ya du boulot.